Courrier Sport

Tout ce qui tourne autour du sport !

Cyclisme

Top 12 des faits historiques sur le Tour de France

tour-de-france-histoire

A cause du Coronavirus, le Tour de France, le temps fort de la saison cycliste, se déroulera cette année 2020 du 29 août au 20 septembre. La plus importante course par étapes du monde s’étendra sur plus de 3300 km et 21 étapes. La 107e édition de la tournée est déjà un sujet de discussion et continuera à faire les gros titres des livres d’histoire. Nous avons compilé ici une liste des faits remarquables, incroyables et aussi exaltants concernant les événements passés du Tour de France.

Les plus grands vainqueurs du Tour de France

Quatre coureurs ont remporté le Tour à cinq reprises : Miguel Indurain d’Espagne (1991-1995), Bernard Hinault de France (1978/79, 1981/82, 1985), Eddy Merckx de Belgique (1969-1972, 1974) et Jacques Anquetil de France (1957, 1961-1964). Les 7 victoires de Lance Armstrong (1999-2005) ont été disqualifiées pour des infractions de dopage.

Les plus grands vainqueurs d’étapes du Tour de France

Le Belge Eddy Merckx a remporté 34 étapes, suivi du Britannique Mark Cavendish, qui a remporté 30 victoires. Avec 28 victoires d’étape, le Français Bernard Hinault occupe la troisième place.

Les plus grands écarts de temps

En 1903, l’écart entre la première et la deuxième place du classement général n’était pas exactement serré : l’avance de Maurice Garin sur Lucien Pothier (tous deux français) à l’arrivée était incroyable : 2:59:21 heures.

Les plus petits écarts de temps

L’écart était nettement moins important lors de la tournée de 1989. Le vainqueur, Greg LeMond (USA), n’est séparé du Français Laurent Fignon que par huit secondes.

Le plus long Tour de France

Une moyenne de 338 km par jour – et donc le plus long Tour de France jamais disputé a eu lieu en 1926, où les cyclistes devaient parcourir 5745 km en 17 jours.

Le Tour de France le plus court

Bien que le Tour de 1904 ait été le plus court jamais organisé, les participants ont dû faire preuve de beaucoup d’endurance. Ils ont dû parcourir l’incroyable distance de 2420 km en six étapes seulement.

L’étape la plus longue

De 1919 à 1924, l’étape la plus longue jamais parcourue faisait partie intégrante du Tour. Sur 482 km, elle a conduit des Sables d’Olonne à Bayonne.

Le plus long voyage en solo

Pourquoi attendre le sprint d’arrivée ? C’est certainement ce que pensait le Français Albert Bourlon lorsqu’il est parti pour sa randonnée de 253 km en solitaire à travers les Pyrénées en 1947

Le plus rapide

L’Italien Mario Cipollini a vraiment mis la pédale douce lors du Tour 1999, en terminant l’étape de 191 km entre Laval et Blois à une vitesse moyenne horaire de 50,355 km/h. L’Australien Rohan Dennis a également été plus rapide de 5 km/h lors du contre-la-montre de 2015. Il n’a eu besoin que de 14:56 minutes pour le parcours de 13,8 km à Utrecht.

Le « cannibale »

En 1969, Eddy Merckx a remporté le classement général, le classement de la montagne, le classement par points et le numéro rouge sur le dos du coureur le plus agressif.

tour-de-france-cycliste-velo-histoire

Mythe de l’Alpe d’Huez

En 1952, le village de montagne a célébré sa première sur le Tour et a été la première arrivée en montagne du Tour de France. La victoire a été remportée par Fausto Coppi. Cependant, 24 années se sont écoulées sans que le village de montagne ne soit pris en considération avant qu’il ne devienne un lieu régulier du Tour à partir de 1976.
21 virages en épingle à cheveux mènent vers le haut, numérotés par ordre décroissant. En partant du Bourg-d’Oisans, on passe d’abord le numéro 21, puis la première épingle à cheveux tout au bout. Il y a aussi un hommage particulier aux vainqueurs d’étape : leurs noms sont gravés sur les panneaux dans les virages en épingle à cheveux.
La célèbre route de montagne a une altitude de 1100 mètres et une pente moyenne de 8,1 %.
Huit des 29 arrivées à ce jour ont été remportées par des Néerlandais. Il n’y a jamais eu de vainqueur allemand auparavant. Udo Bölts est arrivé troisième en 1994, Jan Ullrich est arrivé deuxième à plusieurs reprises.
En 2004 a eu lieu le seul contre-la-montre en montagne, remporté par le pécheur dopé Lance Armstrong. Il a eu besoin de 39:41 minutes pour les 12,5 km.
La route de montagne sinueuse est également un grand lieu de fête, qui est assiégé par environ 500 000 fans. Parmi eux, on trouve aussi de nombreux fous qui courent aux côtés des cyclistes et rugissent bruyamment – ou qui remettent aux cyclistes une bière, que l’Australien Adam Hansen a portée à travers la communauté colorée des fans en 2013 et dont il a même bu une ou deux gorgées. Moins rafraîchissant a été le sort de l’ancien professionnel de Deutsche Telekom, Jens Heppner : par erreur, il a reçu une douche de café chaud d’un spectateur.

Le mythe des Champs-Élysées

Après que le Tour de France se soit toujours terminé sur différents circuits parisiens au départ, les Champs-Élysées ont été sélectionnés pour la finale en 1975 pour la première fois. Le Belge Walter Goodefroot, devenu par la suite le patron de Team Telekom, a remporté la première.
Devant environ 1 000 000 de spectateurs, un circuit d’environ six kilomètres est parcouru sur les pavés, qui peut comprendre un nombre de tours variable selon l’édition.
En 1989, il y a eu une particularité lorsque non pas le circuit mais un contre-la-montre individuel de 24,5 km a été organisé. L’Américain Greg LeMond a été le premier à atteindre l’arrivée sur le boulevard historique. Il a donc également fêté la victoire finale avec huit secondes d’avance, alors qu’il avait auparavant 50 secondes de retard sur Laurent Fignon. Une remorque de triathlon montée sur le guidon l’a aidé à remporter sa victoire, ce qui est aujourd’hui tout à fait normal pour les machines de contre-la-montre.
Eddy Seigneur a prouvé en 1994 que l’étape finale ne doit pas toujours appartenir aux sprinters : le Français s’est détaché du peloton avec quatre autres coureurs et a fini par avoir les meilleures jambes et le nez droit. L’homme de l’équipe GAN, qui était également considéré comme un spécialiste du contre-la-montre, a fêté la plus grande victoire de sa carrière, avec un peu moins d’une demi-minute d’avance sur les sprinters.
Cependant, avant que les cyclistes n’entrent sur les Champs-Élysées, l’homme au maillot jaune est fêté. Grâce à une loi non écrite, il ne sera pas attaqué lors de la dernière étape. Il règne une atmosphère détendue où les cyclistes parlent et célèbrent le fait que la torture sera bientôt terminée. De plus, le gagnant est grillé avec un verre de vin mousseux.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

Contact