Courrier Sport

Tout ce qui tourne autour du sport !

Cyclisme

Les 10 choses qu’un cycliste ne vous diras jamais !

cyclistes-dit-jamais

Chaque personne dans le monde est libre de faire ce qu’elle veut. Sauf s’il s’agit d’un vrai coureur cycliste. La liberté du cycliste de haut niveau est clairement très réduite, c’est ce que nous allons voir dans ces 12 infos à prendre en compte avant de démarrer une carrière dans le monde du vélo !

  1. « Je suis fatigué. » La fatigue n’existe pas. Et quand vous êtes fatigué, vous avez juste un jour de récupération. Ou deux. Maximum. Le troisième jour, vous devez remonter sur votre vélo.
  2. « Je dois d’abord voir si je peux m’en sortir ». C’est toujours le cas. Et si cela ne fonctionne pas, il suffit de repousser sa famille et de reporter son travail. Parce que la vie consiste à établir les bonnes priorités.
  3. « Je me douche d’abord. » Seul le vélo de route est autorisé à dire cela. Et parce que les vélos de course ne peuvent pas parler et ne peuvent pas non plus prendre de douche, vous n’entendrez jamais ces mots dans le cercle des vrais cyclistes. D’abord le vélo est nettoyé, puis votre propre corps. Qui devrait avoir un mécanicien privé, qui prend en charge le nettoyage du vélo de course, alors il n’y a rien à dire contre une marche rapide vers la douche.
  4. « J’ai envie de faire pipi ». Cette fois, nous abolissons l’égalité des droits et des sexes. Les cyclistes sur route font pipi en roulant. S’ils ne le peuvent pas, ils doivent simplement transpirer davantage pour compenser. Trop compliqué ? Pratique. Pratiquer. Pratiquer. Avec la bonne technique, ça marche. Et bien sûr, la bonne longueur. Au moins plus facile.
  5. « Je vais faire un tour. » S’éteindre tôt est un signe de faiblesse. Les coureurs cyclistes se retrouvent toujours ensemble au point de départ et disent toujours ensemble au revoir à l’arrivée. Ce qui se passe avant et après dépend de vous. S’il n’y a pas de temps pour cela, ce qui est écrit au point 2 prendra effet. Il faut y mettre fin.
  6. « Je connais un raccourci. » Les raccourcis sont au moins aussi mal vus que l’arrêt anticipé. Une visite n’est bonne que lorsque le plus grand nombre possible de kilomètres ont été parcourus dans le temps imparti. Sauf si le raccourci est mauvais et que vous finissez par conduire plus longtemps. Cela est bien sûr autorisé.
  7. « Pouvez-vous m’envoyer votre Garmin Track. » Et autre chose ? Seuls vos propres dossiers comptent. Si vous avez oublié votre Garmin ou s’il est tombé en panne de batterie ou autre, c’est votre faute. Il n’y a qu’une seule chose à faire. Repassez en piste.
  8. « Je ne peux pas sprinter aujourd’hui. » Peu importe qu’il s’agisse d’un signe de lieu ou d’une classification de montagne. Les vrais cyclistes sur route acceptent tous les gants que vous leur lancez. Refuser, c’est comme tourner ou prendre un raccourci. Un ou plusieurs sprints n’ont jamais fait de mal à personne. Les courbes de lactate, de puissance et de fréquence cardiaque ne sont sexy que lorsqu’elles ont des fugues correspondantes au sommet. Si le profil est plat, il faut provoquer des pics.
  9. « Ne pas faire les tours de piste. » 49,7, 98,3, 147,5. Pourquoi le kilométrage sur les strava ? Une fois autour de la maison ou en haut et en bas de la route plusieurs fois. Même si le dernier kilomètre est le plus long. Pour que le cycle soit complet. Tout le reste pue le virage, la rupture ou le raccourci.
  10. « Ne vous arrêtez pas ». Les vrais cyclistes s’arrêtent lorsqu’ils voient une personne de même sensibilité se tenir au bord de la route, s’accroupir, pleurer ou même lécher des blessures. « Vous allez bien ? Avez-vous besoin de quelque chose ? C’est tout ce qu’il faut. Cela ne nuit à aucun plan d’entraînement ni à la vitesse moyenne.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén